26 févr. 2011

PROCHAINEMENT : Comment le web 2.0 organise notre quotidien

- Faire ses courses sur internet et attendre patiemment que les céréales de nos enfants nous soient simplement livrées à la maison.
- Commander les cadeaux de Noël et faire du troc plus rapidement.
- Développer et entretenir son e-reputation sur Viadéo et Linkedin et tous les réseaux professionnels accroît sa visibilité lorsque nous sommes à la recherche d'un nouveau poste.
- Se donner la chance d'être une star en favorisant le buzz chaque fois qu'un internaute visionne votre vidéo sur Youtube.
- Garder contact avec ses connaissances et amis, retrouver d'anciens camarades et échanger les bons plans de la semaine sur Facebook.
Oui, le web 2.0 aura su développer de nombreux avantages pour accélerer et faciliter notre quotidien, pour le rendre plus interactif, plus propice aux échanges.
Mais en restons-nous là pour autant ?

Certainement pas :
- Le 24 février, le website du magazine Stratégies.fr titrait "Les traces de la révolution 2.0" ou comment les réseaux sociaux ont transformé de simples mouvements populaires en véritables révoltes nationales en Egypte et en Tunisie cette année. 
- Sur Facebook, des messages insultants et brimades ont poussé de malheureux adolescents à se sucider ou à dévoiler leur prochain projet sucidaire.

Le web 2.0, c'est ça aussi. De l'interaction, pour qu'il y ait de l'interaction ! Pourvu que l'on puisse s'exposer, dire ce que l'on pense, ce que l'on ressent et qu'on soit écouté tandis que le brouhaha de la rue ne cesse jamais.

Aujourd'hui quelle est la place du web 2.0 dans nos vies ?  
Jusqu'à quel point décidons-nous de virtualiser notre quotidien ?

Article à paraître prochainement sur le blog de L'R de Demain

Stéphanie

source image : www.techshower.com

17 févr. 2011

Le voilà le site web de L'R de DEMAIN !


Bonjour mes chers lecteurs,

Vous pensiez peut-être que mon adoré blog vivait seul sur la grande toile Internet... Qu'à cela ne tienne, il est accompagné par son grand frère le joli et flambant neuf site web www.r2demain.com !!

Après des semaines de retravail, le voilà en ligne.


Je vous invite à le découvrir page après page pour plus d'information sur le conseil marketing commercial ! Vous y trouverez également des exemples de prestations en cours ou déjà finalisées + un formulaire de CONTACT pour toute demande / tout renseignement supplémentaire !

L'interface est sobre, élégant, assez coloré mais ne saturera pas votre oeil délicat ! On tente également de ne pas vous noyer sous une masse d'information inutile. Pourquoi faire ? C'est un site-vitrine et une vitrine doit donner l'envie d'entrer dans la boutique et, en l'occurence... d'entrer dans L'R de demain (passez-moi l'expression !) ;-) 

Bien, je vous laisse l'apprivoiser par vous-même mais me tiens toujours à votre disposition si nécessaire ! 

A très bientôt !

Stéphanie

15 févr. 2011

Du nouveau pour les indépendants...!

Qui n'a jamais rêvé, en tant que travailleur indépendant, d'avoir des clients qui tombent "tous crus" ? Qui n'a jamais rêvé d'avoir LA solution miracle ?

Aujourd'hui, je ne vous propose pas cette merveilleuse solution mais un nouveau site web, élaboré entre les deux publicitaires Virgil Brodziak (RAPP, DDB, Ogilvy) et Erwan Guiriec (RAPP, DDB) : TrouveMoiUnFreelance.com !

Ce n'est pas un annuaire en ligne sur lequel votre profil apparaîtra à tout bout de champs mais une carte de visite seulement accessible aux offres qui vous correspondent et auxquelles vous décidez de répondre ! 

Autrement dit, vous êtes indépendant et restez indépendant ! 

L'inscription est gratuite, rapide, ludique. 
L'interface du site web est joli, ergonomique, clair... et personnellement j'adore le petit chien de prairie qui guette (les belles opportunités ?). 

Tout le monde en parle déjà. Chef d'entreprise.com a par exemple écrit, le 8 février : 
"Ce site permet de mettre en relation les freelances et les agences de communication.

Le principe est simple : en deux à trois clics, les agences déposent gratuitement leur demande sur le site. Le freelance est ensuite libre de répondre à la demande et d’entrer en contact avec l’agence. Une fois la mission effectuée, le freelance est invité à déposer, sur le site, des commentaires sur sa mission et à noter le prestataire pour enrichir les recommandations du site et faciliter la tâche des internautes."

Alors, voilà. L'information est passée,...
A bon entendeur, salut !

Stéphanie


 

14 févr. 2011

L'R de Demain travaille avec l'Espagne ! olé !

Après avoir vécu en Espagne (à Séville) en plus de pratiquer l'art dramatique depuis son jeune âge, il était évident qu'un jour le marketing de L'R de Demain se mettrait au service d'une compagnie théâtrale ! 

C'est chose faite depuis 2009 pour la Productora Andaluza de Benjamin Soriano !

Benjamin Soriano, acteur et metteur en scène depuis une vingtaine d'année, se plaît à créer et donner vie à des spectacles historiques, forts dont la moralité concerne chacun d'entre nous. Qu'il interprète un "macho" des années 50 ou un prêtre du Siècles d'Or espagnol, l'essence du personnage reste la même : transcender les épreuves matérielles du quotidien pour n'en conserver que la beauté et l'amour des relations humaines.
Il fait désormais partie des références culturelles solides du monde artistique andalou pour la scène internationale. 

Acteur très engagé dans la promotion et la sauvegarde des Droits de l'Homme, il me paraissait important de participer au développement de sa compagnie en Espagne et plus encore, en Europe !


Cette année marque le retour de son spectacle (totalement écrit et dirigé par lui-même en plus d'y tenir le rôle principal) "Tiempo de Oscuridad" à Séville.
Après deux années de recherches et collecte d'informations naît enfin la production sur la vie et l'œuvre du Frère Juan de la Cruz. Il réalisera ensuite lui-même les auditions dans les Écoles d'Art Dramatique de Madrid et Séville et récoltera les éloges de la critique et du public dès les premières représentations.

Suite à réflexion sur son plan de communication, Benjamin Soriano et L'R de Demain remettent au goût du jour le blog professionnel et promotionnel du spectacle TIEMPO DE OSCURIDAD. Visible sur le lien suivant : 






10 févr. 2011

Le plan Marketing... synonyme du fil d'Arianne !

Quatre bonnes raisons de faire un plan marketing

Pourquoi faire un plan marketing ?

Si votre business vous oblige à mener de front stratégie, objectifs et calendrier, cette antisèche vous deviendra vite indispensable. 
Quelles que soient la taille et l'activité de votre société.

     1. Il définit au mieux votre produit et votre cible
Une fois l'étude de marché réalisée, de manière plus ou moins artisanale, il faut se poser et réfléchir pour faire les bons choix stratégiques. C'est l'une des étapes de l'élaboration d'un plan marketing. Il s'agit de prendre du recul pour répondre à la question : « Comment vais-je me placer avec mon offre sur un marché concurrentiel ? » Peut-être le faites-vous déjà sans le savoir... 
L'objet d'un plan marketing est d'analyser la situation, de définir des objectifs, de confirmer un positionnement et de formaliser le tout par un document. Parfois, c'est ainsi qu'on prend conscience de l'inadéquation entre sa politique commerciale et son positionnement. Coucher sa stratégie marketing par écrit incite à la réflexion, oblige à mesurer le poids de chaque mot, de chaque action envisagée, de chaque euro à investir. C'est un moyen supplémentaire de minimiser les risques, en validant les hypothèses et le positionnement choisi. 
(...)


     2. Il donne une ligne de conduite
Comme on imprime son itinéraire sur Mappy ou ViaMichelin avant de prendre la route, il serait bon d'imprimer son plan marketing et de l'accrocher dans son bureau pour savoir où l'on va
Un plan marketing peut se résumer en une page. Un simple fichier Excel, avec un calendrier de l'année présentant en colonne les semaines et en ligne les différents domaines abordés (relations publiques, actions promotionnelles, salons, etc.), suffit comme document de travail pour élaborer votre plan. C'est ainsi qu'a procédé Philippe Poulachon, importateur et distributeur de jambons espagnols haut de gamme, pour lancer Bellota-Bellota, son comptoir de vente et de dégustation. Le point d'orgue de son projet était l'ouverture du magasin dans le VIIe arrondissement de Paris. Le risque était de se focaliser sur cet événement en négligeant tout l'accompagnement de l'ouverture (promotion, relations publiques, marketing direct...). En formalisant un plan d'action annuel, Philippe Poulachon a verrouillé l'ensemble de son dispositif avec le meilleur timing possible. Son conseil : si vous déroulez un rétro-planning pour chaque action, cela vous aidera aussi à mieux anticiper.
(...)

     3. Il permet de rectifier le tir
Un plan marketing se rapproche d'un tableau de bord. Entre les objectifs à atteindre (définis lors de la conception du plan marketing) et la situation vécue, les décalages sont fréquents. Jeter régulièrement un œil à ses prévisions peut sauver une activité. Si un dérapage se produit (dépassement de budget, retour sur une opération de communication nettement inférieur aux prévisions, etc.), vous en prendrez conscience plus vite. Et vous pourrez réagir en conséquence.

(...)


     4. Il favorise l'esprit d'équipe
« Ne travaillez pas tout seul pour préparer les différentes étapes de votre plan marketing, préconise Olivier Dupuis, conseiller en marketing. Associez les membres de votre équipe à votre réflexion. Celle-ci en sera d'autant plus riche et les salariés se sentiront d'autant plus impliqués par le projet. N'hésitez pas à vous ouvrir à d'autres regards en faisant participer des personnes de tout profil, de toute fonction. » Paul Ducasse, PDG de la chocolaterie Weiss, mise lui aussi sur l'implication du plus grand nombre possible de salariés : « Pour élaborer notre plan, nous avons créé un groupe de projet constitué d'employés de plusieurs services. C'est un excellent moyen pour la direction générale d'informer tout le monde de la stratégie que nous souhaitons adopter à court et à long terme. »

Une telle démarche de votre part créera une émulation au sein de la société. Les personnes associées à la réflexion s'approprieront davantage le projet et auront envie de s'investir. Vous favoriserez les échanges entre les différentes équipes pour une plus grande dynamique d'ensemble. C'est un moyen efficace pour éviter les querelles de clocher entre plusieurs services qui travaillent chacun dans leur coin.


Le plan marketing est un document que toute personne de l'entreprise doit s'approprier. C'est un support de vente pour les commerciaux. Sa circulation en interne est indispensable pour que tout le monde rame dans le même sens. A l'extérieur, il vous servira pour convaincre prospects, investisseurs ou actionnaires de vous suivre dans votre projet d'entreprise.

Kello Bouin et Sébastien Tranchant pour LEntreprise.com, publié le

7 févr. 2011

De l'utilité du blog professionel...

Alors, qu'est ce qu'un blog ?
Un peu d'étymologie d'abord. Le mot s'est construit grâce à 2 mots anglais (Qui l'eut cru?) :
- web : réseau Internet
- log : journal de bord.
Petit site "dynamique" connu pour son utilisation à titre personnel dès le boom des années 2000, le blog est réputé pour sa simplicité, son interactivité, son côté communautaire et s'apparente à un "journal privé" en ligne

Sitôt repris par les entreprises, le blog institutionnel (corporate) est désormais un "atout" pour consolider l'image de ces dernières. Si l'on y affiche pas directement un contenu commercial, l'on en profite pour y poster des articles intéressants sur le secteur même de l'entreprise... C'est le moment de parler à ses prospects, d'intéresser ses clients : de travailler son relationnel ! 

En France, l'on dénombre actuellement près de 2 millions de blogs professionnels et pages personnelles à vocation pro. Il est estimé que 10% des 500 entreprises les plus fortunées au monde sont dotées d'au moins un blog d'entreprise.

Le relationnel, c'est LE grand mouvement adopté par les entreprises compétitives qui veulent se sortir du lot. Le relationnel, c'est exactement intégré au concept du "Web 2.0", autrement le passage d'une toile internet plutôt statique vers un web "dynamique", changeant, interactif, autrement dit : social.
C'est donc l'internet de chacun, là où l'on peut enfin s'exprimer. Voilà pourquoi les entreprises qui souhaitent se faire connaître (toujours dans le but de développer leur chiffre d'affaire et non pas simplement de communiquer - car l'on ne communique jamais sur le "rien") s'affichent de plus en plus de façon "annexe".

Un des a priori sur les métiers du marketing et de la publicité, c'est que ces marketeurs créent des besoins de toutes pièces pour vendre des produits dont nous n'avons pas besoin. Or, justement, l'essor des blogs provient tout particulièrement de l'attitude et de l'engouement de vous et moi, simples utilisateurs particuliers, pour ces technologies faciles d'accès et leurs aspects innovants (et donc passionnants!). C'est en voulant suivre les prospects, les clients, les consommateurs, que les entreprises s'y sont mises ! Ce n'est donc pas venu d'une seule idée stratégique d'un pôle marketing ni même commercial. 

Comme toujours, le "client est roi" et dans le Web 2.0, il est roi plus que jamais...

A quoi sert-il ?
- A parler de soi, en tant qu'éditeur, auteur, artiste... entrepreneur !
- A créer son identité numérique, à développer son e-réputation, son image.
- A faire du "buzz" marketing 
- A établir un contact avec ses clients, prospects & collaborateurs
- Développer ses ventes grâce à un relationnel continu, durable, intelligent.

2 sortes de blogs professionnels :
- le blog interne, qui permet d'échanger les dernières nouvelles au sein même d'une entreprise (sur le management, les décisions RH, etc) et qui est donc accessible via une plateforme "intranet". Cela permet d'instaurer un dialogue entre managers et salariés, tous deux éditeurs d'articles & commentaires tout en réduisant la volumétrie d'échanges d'emails ! 
De grandes entreprises les adorent : Dassault en France par exemple ou Ikéa en Suède !
- le blog externe, accessible depuis Internet pour favoriser la diffusion d'information sur des produits ou des services, servir d'outils de promotion ou d'action commerciale et même présenter le point de vue de l'éditeur sur un sujet intéressant.

Alors, quelle est la différence entre un site internet & un blog ?
Il s'agit tout d'abord de la vocation même de chaque outil. 
Tandis que le blog créée de l'échange, du lien entre les internautes et vous-même, le site internet est plus classiquement une vitrine "corporate" qui présente ses produits, ses services, ses équipes et vend directement son expertise !

Mais pourquoi faire un blog d'entreprise au juste ?
Le blog d'entreprise est un outil très puissant sur le plan marketing-communication permettant aux entrepreneurs individuels, TPE et PME (soit plus de 90% des entreprises en France) de disposer de supports tout aussi impactants que les grandes entreprises. 

Il faut souligner que de nos jours,
1/3 des communications entreprises>consommateurs passe par Internet
(et un autre tiers par la téléphonie mobile et enfin, le dernier via la téléphonie fixe). 
Être sur Internet est donc vital !

En quoi est-ce efficace ?
- C'est facile
- C'est authentique. Et bien oui ! l'éditeur prend le soin d'écrire ses articles, il trie les informations, il prend du temps POUR VOUS, il fait ça avec amour. L'authenticité, à l'heure où tout va si vite et où l'on est noyé de diverses informations, marque un retour aux sources que tout le monde apprécie. Même via son ultraportable, son smartphone, son Ipad, tout un chacun souhaite recevoir un message spécialement conçu selon ses intérêts. 
- C'est presque toujours gratuit
- C'est votre carte d'identité crédible sur le web
- C'est une façon d'accroître vos parts de marché
- C'est récolter des remarques utiles de vos lecteurs (consommateurs & prospects) pour vous améliorer

Vos avantages :
- une communication bi-directionnelle
- une image jeune
- un référencement de meilleure qualité qu'un site internet 

Seth GODIN, un as du marketing, a eu a la bonne idée de conseiller à nous tous : 
- apprenez à parler de vous (de notre personne, de notre projet). Quoi de plus normal dans une société où l'on ne fait qu'échanger du lever jusqu'au coucher et parfois même en quelques secondes !
- soyez "remarquables" ! Et alors là, je tiens à faire un stand-up en direct de ma chaise de bureau et il joue justement sur les mots que L'R DE DEMAIN adore et utilise dans sa devise : Faites-vous remarquer... Entrez dans L'R de Demain ! ndlr. 
- racontez votre histoire
- sachez donner envie
Alors, seulement et seulement "si", votre auditoire signera avec vous ! 

Alors, plongez dans la "blogosphère" et vous m'en direz des nouvelles...!

Stéphanie. 

2 févr. 2011

Offre spéciale !

Votre objectif :  
Développer votre Chiffre d’Affaire ? 
Augmenter votre visibilité sur le marché ? 
Être leader ? 
Conquérir et fidéliser des clients ?
 
Commandez dès à présent l’audit gratuit pour valoriser les points forts de votre entreprise
et bénéficiez de la meilleure stratégie globale pour la commercialisation de votre produit !

Pour plus d’information, contactez :
Stéphanie Renard, Consultante
contact@r2demain.com
www.r2demain.com

En téléchargeant et en retournant le formulaire ci-joint, prenez facilement et rapidement RDV !... Plus simple encore, je vous invite à préciser vos disponibilités par e-mail !


Communiquer fait vendre !

En croisant investissements et ventes, l'étude de l'AACC prouve que la communication médias et hors-médias contribue à la croissance économique. Voilà une information qui va intéresser ceux qui doutent du rôle de la publicité.
« Notre syndicat se devait, surtout dans le contexte actuel, de faire reconnaître la valeur économique de la communication. D’autant plus que c’est à travers la marque que se manifeste l’impact des autres actifs immatériels de l’entreprise (capital humain, capital innovation…) », a déclaré Nicolas Bordas, président de l’AACC en préambule de la présentation de l’étude sur l’impact des investissements de communication sur la croissance des marchés. Une étude(1), réalisée grâce à l’aide de plusieurs partenaires, qui analyse six marchés de grande consommation (automobile, boissons, épicerie, entretien, hygiène-beauté, produits frais) sur dix ans, ces six marchés représentant 30 % des investissements publicitaires.

Variables marketing
L’intérêt de cette étude prenant en compte de nombreuses données du mix média-marché(2) est de prendre en compte les ventes en volume et non en valeur, ce qui exclut les variations dues aux prix. « L’objectif de cette étude est d’apporter la réponse-clé sur le poids des variables marketing dans la croissance des marchés », résume Denis Bied-Charreton, professeur associé à l’université Paris-Dauphine. L’étude fait la part entre les facteurs exogènes (population, réglementation, évolution sociologique, environnement…) et les facteurs communication (investissements médias et hors-médias). Un rappel au préalable : en 35 ans, les recettes publicitaires brutes des médias ont été multipliées par 11. Le chiffre d’affaires réalisé en promotion est passé de 13 % en 2000 à plus de 18 % en 2009, et la part de marché en valeur des MDD est passée de 20 % en 2000 à environ 30 % en 2009. La part du hors-médias étant quant à elle relativement stable (près des 2/3 de l’investissement consolidé en communication).

Des différences selon les marchés
La principale information : tous les facteurs marketing (nombre de références, MDD, prix, nombre de produits, investissements médias bruts et indice des investissements hors-médias) pèsent mais différemment selon les marchés. Leur poids varie de 26 % pour les produits frais (marché très marqué par les innovations et le poids des MDD) à 66 % pour les produits d’entretien (marché qui a la meilleure maîtrise du mix marketing). Entre ces deux marchés extrêmes, l’impact des facteurs marketing s’élève à 28 % pour l’automobile, 30 % pour l’hygiène-beauté, 36 % pour les boissons (marché où le principal moteur est le prix) et 48 % pour l’épicerie.
 
Dans ce contexte, la communication est une variable-clé dans le soutien aux ventes : 33 % pour l’entretien, 24 % pour l’épicerie, 18 % pour l’automobile, 15 % pour l’hygiène-beauté, 10 % pour les produits frais et 9 % pour les boissons.
La contribution de la publicité
 
Quant à la publicité seule (investissements bruts dans les grands médias, Internet compris), sa contribution va de 16 % pour l’entretien à 6 % pour les produits frais (13 % pour l’hygiène-beauté, 10% pour l’épicerie et l’automobile, 9% pour les boissons). La publicité soutient donc les ventes, et cette information se vérifie lorsque l’on active le levier communication. Si les investissements sont réduits, au mieux les ventes se maintiennent mais elles peuvent baisser. En revanche, si les investissements sont augmentés, soit les ventes grimpent, soit elles restent stables. Ainsi sur le marché automobile, les investissements bruts ont doublé entre 1998 et 2008, et le nombre d’immatriculations est resté stable. Comme le résume Marie-Pierre Bordet, vice-présidente de l’AACC, « la communication a un rôle fondamental. Soit l’augmentation des investissements permet d’augmenter les vente en volume, soit, a minima, leur maintien. À l’inverse, leur diminution peut d’avérer dangereuse ». Ainsi le marché de l’hygiène-beauté connaîtrait des difficultés majeures si l’investissement médias ralentissait.

En conclusion, les auteurs de l’étude exhortent les annonceurs et les agences à profiter de cette opportunité pour accentuer leur rôle pédagogique et aider les consommateurs dans leurs arbitrages de consommation. Enfin, ces évolutions observées sur dix ans, ne semblent pas compatibles avec des stratégies court-termistes.

(1) Étude de l’impact des investissements de communication sur la croissance des marchés, Édité par l’AACC, rédigé par Bertrand Belvaux, maître de conférences en sciences de gestion à l’université Panthéon-Assas, Denis Bied-Charreton et Marie-Pierre Bordet.
 
(2) Données prises en compte (périmètre en GMS, hormis pour l’automobile) : investissements média bruts (Kantar Media Intelligence), ventes et niveaux de prix (SymphonyIRI/Kantar Worldpanel/ILEC), part des MDD (ILEC/SymphonyIRI), part du chiffre d’affaires sous promotion (SymphonyIRI), nombre de références-EAN (SymphonyIRI), nombres de parlants (Kantar Media), indices des investissements hors-médias nets (à partir de France Pub) et immatriculations et prix liés à l’automobile (CCFA). Trois séries d’analyses ont été appliquées : analyse des différentes variables à travers le temps, régression multiple (expliquer les ventes par une série de facteurs) et calculs d’élasticité (analyse de l’influence d’une variation de la publicité sur les ventes en volume).

Un article de Catherine HEURTEBISE paru le 31/01/2011 sur e-marketing.fr